Thursday, 4 October 2012

Aimez comme nous


Rue Violette, Avignon


"Aimez comme nous, vivez comme nous, mourez comme nous". Pour moi ces trois calicots expriment magnifiquement la plaie de nos sociétés : le communautarisme associé à l'intolérance. Trop de gens ne supportent pas qu'on ne vive pas comme eux, qu'on ne croie pas comme eux. Mais ici on est dans l'art conceptuel et la raison de ces banderoles est à trouver "in the Museum"  à gauche, c'est à dire à la Collection Lambert, un très intéressant musée d'art contemporain.  Peut-être l'artiste a-t-il donné à son travail une autre interprétation que celle que j'y vois ? Et vous, comment comprenez-vous ces mots ?
Pour en savoir plus sur cette expo, cliquer ici.


Love like us, live like us, die like us, say the three banners - in my view  a perfect representation of what mars our societies : communitarism associated with intolerance. Too many people seem totally unable to accept that others may live or believe differently to them. But this set of streamers is about conceptual art and I have no idea whether the artist's vision matches my own interpretation of his work. More information can surely be found "in the Museum" (to the left here) i.e. Collection Lambert, a remarkable contemporary art museum housed inside a beautiful 18th century mansion located 5 rue Violette in Avignon. How would you interpret the message ?

20 comments:

Olivier said...

je préfère comme slogan "aimez vous les uns les autres", mais bon faut voir l'expo pour se rendre compte de interprétation de l'artiste...

Olivier said...

il y a un bon dossier sur cette expo sur Liberation

Collart Thierry said...

Même analyse que toi, notre monde est bardé d'intolérances dues à la peur de l'autre, des différences.
Si seulement tous pouvaient comprendre que les différences nous enrichissent et que si tout le monde vivaient et pensaient de la même manière, le mon de serait bien ennuyeux et le progrès inexistant. Pourtant, c'est le rêve de beaucoup !

jeandler said...

Ces trois impératifs ne m'enchantent nullement. devant eux,me sens réduit à la plus simple expression sinon néantisé.

Françoise Dumon said...

Moi non plus je ne trouve pas ces slogans très clairs, pas vraiment provocants, pas vraiment de second degré. Il faudrait qu'ils dénoncent plus clairement notre société de plus en plus intolérante. Là l'effet est tout le contraire. Bien vu Nathalie.

Anonymous said...

Il y a trois semaines lorsque je suis passé rue violette(jolie nom de rue) j'ai été touché par c'est trois slogans. j'attendais sa parution dans ton blog. Je le ressens comme une invitation à l'amour, à la vie et à ne pas oublier. Merci.
DM

Thérèse said...

Cela ressemble étrangenment à l'alternative à Obama! C'est la première pensée qui me vient à l'esprit...

Anonymous said...

J'y vois exactement l'inverse.
Ces slogans nous invitent à plus d'humilité : nous, tous, ne sommes que des poussières de passage un bref moment dans le monde. Durant ce passage, l'amour peut donner un sens à notre vie.
Le "comme nous" n'est pas un ordre, mais inclut le lecteur dans l'humanité.

claude said...

J'ai déjà vu cela chez Bichel et j'avais peut-être et sûrement posé une question idiote, "c'est qui nous".
Problème est que je ne me rappelle plus ce qu'il m'a répondu.
Déjà, il faut y voir que c'est de l'art.
Je suis un peu partagée, un peu de l'avis des uns et un peu de l'avis des autres.

claude said...

Je transmets ton message à Delphinium que j'ai eu le grand plaisir de rencontrer à Rouen en septembre dernier. Elle m'avait réouvrier son blog le wouik dernier, mais ...
Bon wouik à toi aussi.

Chri said...

J'aime bien quand juste trois mots suffisent à semer un petit bazar dans une caboche. Aimez comme nous...
Vous aimez quoi, vous? Qui êtes vous, nous? Peut-on aimer comme? etc...

nathalie, avignon said...

Oui Chri, c'est tout à fait ça.
Pour ce remue-méninges là, le message est sacrément fort.

jeff said...

Ces quelques banderoles sont criantes de vérité !!!... comme nous ! Le totalitarisme se glisse partout... et même dans l'Art Nathalie... Quels sont vraiment les artistes qui exposent ?...
En tous cas, une belle invitation, une accroche qui fait mouche pour aller voir cette exposition ! :-)
Bises ;-)

Anonymous said...

et que pensez-vous de : faites l'amour pas la guerre. Moi je ne sais pas faire la guerre je n'ai donc pas le choix !
DM

JM said...

I second you on your interpretation, Nathalie.

mirae said...

the EGO is fragile.
si le moi rencontre quelquechose qui n'est pas integré dans le moi , il se sent intimidé.
a un fois les gens étaient brulé si ils nappartenaient pas a une certaine religion.

mais haha si nous avons raison. haha.

j'adore comment les mots sont écrits dans vos rues.

je t'embrasse chère magnifique Nathalie.

mirae said...

et c'est une photo magnifique. j'aime commentles couleurs tendres sont frappés par les mots.

merci

Bob Crowe said...

Was it designed by Barbara Krueger? It certainly looks like her style, colors and font.

Victor Aranda said...

Interesantes lemas para pensar y una oportuna imagen para captarlo.
Saludos

nathalie, avignon said...

J'ai marché sous ces banderoles hier soir avec une stagiaire qui m'a donné une interprétation à laquelle je n'aurais jamais pensé : en voyant que les banderoles pouvaient se lire dans l'ordre inverse (mourez comme nous, vivez comme nous, aimez comme nous) si on arrive dans le sens inverse depuis la rue St Charles, elle en a conclu que le message mettait en lumière la permanence du cycle de la vie et l'éternel recommencement : que les mots arrivent dans un sens ou dans l'autre, il y aura une immuable succession de cycles de vie, d'amour et de mort. Pourquoi pas ?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails