Wednesday, 11 March 2009

Our daily graffiti

Rue du Roi René
When I did a post a few days ago about Scenes Interieures, a shop whose facade is marred by graffiti and wild bill posting, fellow blogger Adam of Paris made the comment that "It's not like a struggling shop in a troubled area that has to deal with taggers every day". I'm afraid he's wrong. Avignon is a city that has to deal with the plight of tagging and graffiti on a daily basis. See above and below how some beautiful and ancient doors fall victim to such degradation. There you are Adam, enjoy (sigh)!
Let me take this opportunity to recommend Adam's excellent blog: his Invisible Paris will take you through the most improbable corners of Paris, offering remarkable research and thoughtful musings. His blog is a little gem - definitely worth the read.

Quand j'ai fait il y a quelques jours un billet sur le magasin Scènes Intérieures dont la façade est livrée aux tags et à l'affichage sauvage, mon confrère blogueur Adam de Paris a laissé un commentaire suggérant que tout cela était encore bien gentillet, pas comme si le magasin avait vraiment dû se battre au quotidien contre les tags. Il avait tort : Avignon est vraiment tous les jours la proie de tags dégradants. Voyez plutôt ci-dessus et ci-dessous le sort réservé à de nombreuses portes anciennes du centre ville.
Mais au passage si vous lisez l'anglais, je vous recommande chaudement le blog d'Adam, Invisible Paris. Il vous entraînera dans une visite libre d'un Paris méconnu, avec un incroyable travail de recherche et souvent d'intéressantes réflexions personnelles. Un blog d'une qualité rare.

39 comments:

jordaenne said...

chère Nathalie,
Je fais mes tags jusqu'au 15 du mois. ha ha. décidé maintenant.

Bien oui Nathalie, ce n'est pas trop beau mais il y en a qui est très beau dans notre ville quelquefois.

J'ai raconté dans ce journal comment la calligrahie illégale sur les murs a eu une grande exposition dans notre musée centrale et c'était très beau mais la plupart des personnes ne reconnaissait pas ces artistes des rues.

Magnifique photo des signature shantant.

belle journée de la lumière magique.

jordaenne said...

je voulais dire hantant.

jordaenne said...

ET j'adore l'architecture de cette rue -le fer et la pierre ancienne et oui il y a la belle architecture dans paris invisible.

Kris said...

It somehow seems more wrong to vandalise such impressive buildings...

Arnaud said...

Et oui c'est malheureux de voir des magasins, des portes ou des murs taggés.
Ce sont peut etre des artistes des rues, mais je pense qu'un "artiste" ou l'art ne doit pas s'exprimer si ilvient détruire ou abimer le bien d'autrui. L'art doit etre accessible et non imposé comme les tags - enfin c'est mon avis personnel

bonne journée

Olivier said...

je suis d'accord avec mister Arnaud, rien d'autre a rajouté. Sinon de faire comme aux etats unis, des fermes a taggue

Babzy said...

Ici c'est pareil , de magnifiques portes en bois sont l'objet de tags , c'est une calamité au centre ville !

claude said...

Je suis repassée mais je vois que tu a changé de thème, je vais faire un condensé de tout ce que je verrai chez toi quand je setrai plus libre. Bises, Nathalie !

Peter said...

Je suis doublement d’accord avec toi ! Il faut uniquement tagger sur des endroits appropriés... et le site d’Adam est vraiment super !

spacedlaw said...

Je vois que ce n'est pas uniquement à Rome (ou en Italie) que les taggers font rage sans discernement.

Adam said...

I'm sorry that I was so wrong Nathalie! Thanks for your very kind comments though.

Tagging for me is a little like a dog urinating on a wall - it's just to mark out territories. There is evidence that it is also a kind of illness, a narcissistic disorder. The individuals have a need to see traces of themselves throughout the city.

I saw something interesting near where I live at the weekend though. One shop has a brightly painted metal shutter on which is written 'No tagging - use the space to the right'. Next to the shutter, the shop owner has placed a black wooden board which is covered in tags! There isn't a single tag on the shutter.

Nathalie said...

Adam thanks for the story: I'm impressed both by the idea and with the fact that it works. How absolutely brilliant!

Victoria said...

J'aime les beaux graffitis, qui ont un sens, et qui ornent un endroit abandonné.
Mais ce genre de "Tags" qui ne veulent absolument rien dire et qui de plus gâchent de jolies portes anciennes ! Je ne supporte plus.
Quand je me ballade à Avignon je suis exaspérée ...

alice said...

Oui, mais l'explication est ailleurs, donnée par ma fille quand elle avait 4 ans: "C'est leur maman qui ne leur a pas donnée assez de papier et de crayons quand ils étaient petits..." CQFD.

alice said...

"Donné", bien sûr :-)

Sally said...

Tagging - the curse of millenia, I guess.

Eric arrives tomorrow - not sure when we will meet up yet.

Ken Mac said...

ugly graffiti but the beauty of the structures shines through

jordaenne said...

@ Adam that reminds me of a cubicle of a toilet- a washroom at a lounge where I went to. they put a chalkboard so people could write and sign when they went into the cubicle because they would write on the walls so they used that as an option.hee hee hee hee.

susieofarabia said...

It is such a shame that people who graffiti have no respect or consideration for others. I was very surprised when I moved to Saudi Arabia to see the amount of graffiti here. Especially when you consider that there are such stiff penalties for crimes, like cutting off your hand for stealing. This is a worldwide problem - children are not being taught to have respect for other people or their property.

Bergson said...

je suis un peu d'accord avec toi si quelques tags sur des vieux murs sont très jolis ceux que tu nous montrent tiennent plus du marquage de son territoire. Ces tagueurs sont comme les chiens qui pissent à chaque porte cochère.

par contre j'espère que tu connais le jeune homme et que c'est ta voiture ;-)

duffour & duffour said...

Je suis allée, il y a bien longtemps de cela, dans ma jeunesse, visiter le Palais des Papes, mais je ne l'ai pas rencontré. Il devais être déjà à Rome. J'aime bien la table du banquet médiéval , simple avec les assiettes en étain et les cruches.

Un jour dans notre bonne ville, les habitants qui se sont rendu dans le centre ville ont la stupeur de voir des grafitis partout : sur l'assise du kiosque à musique, sur l'Hotel de ville et à d'autres endroits en ville. Mais tous ont été très choqués, surtout les ancien combattants, car le momunent aux Morts l'avait été aussi. C'était une bande de fils à Papa qui un soir de beuverie en plus d'avoir fûmé, s'en était pris à la ville. Les Gendarmes les ont amenés sur la place devant le monument aux Morts et devant tout le monde. Je ne sais pas s'ils se sont bien rendu compte de ce qu'il avaient fait, mais les parents, oui. La honte !
Je suis absente pour qq jours, à Lundi. Bises !

Jilly said...

The street art you normally show us is fabulous but this is just awful. We see it everywhere. I loved Adam's story. What a great idea.

Beautiful photographs - do the authorities come along and clean off this mess?

Nathalie said...

Actually yes Jilly, they do. There's a special phone number you can call at the city council and they send staff to paint over or clean up with a sandblasting machine.
I'll try and do a post about them one day if I can get good photos of the teams in action. So far I only have a couple of pretty hopeless pictures.

jordaenne said...

et j'ai fait un autre commentaire sur le graffiti sur la poste précédente par erreur. C'est trop longue pour effacer et répéter.haha
merci c'était une belle méditation pour moi.
un autre point de vue sur ce graffiti.

Jordaenne said...

ET oui mais aussi sur un autre niveau, quand je vais au centre de ma grande ville canadienne métropolitienne et je suis entourée par les grands édifice en forme de cube, chacun monotone la forme ne varie jamais, les couleurs sont toujours gris ou beige jamais une couleur de vivacité, comme les grandes boites qui nous enveloppe quand on entre comme un produit de l'usine, et ce qui est unique de l'individuel effacé par le système et peut-êtres ces signature qu'on voit sur les murs ce sont les seules preuves de l'humanité qui existent là chacun avec son signature unique.

B Squared said...

I thought we were the only ones that had to deal with graffiti and tagging. Hard to believe the can desecrate such antiquities.

Virginia said...

N,
All of this makes me so angry. I find this is an area where I have zero tolerance. I don't think it's "art" when you use other people's property as your canvas. I consider it URBAN LITTER! PERIOD. What a DAMN shame that the b eautiful places in your city are being destroyed. I don't apologize for my feelings. The more I see , the angrier I get. Merci for letting me express my feelings.
V

richard said...

It's curious how they are targeting the doors and not the walls. Is it because the walls are easily cleaned? It's ugly anyway, just vandalism. There is a lot of graffiti in Zurich - and there is also a whole industry built around cleaning it up. Some is left - eg on railway sidings etc.

I'm not suggesting that Zurich vandals have some kind of conscience, but you rarely see doors like this attacked. Although it is changing gradually for the worse the majority of graffiti seems to be in the traditional street art variety. A favourite target is the steel shutters on windows, so the graffiti only appears after dark when the shutters come down. Obviously the shutters are only available during prime vandal hours as well.

I hope Zurich never degenerates to this level of mindlessness, but the signs aren't encouraging

Olivier said...

en réponse a ton passage, c'est avec photofiltre "studio" (la version payante) ou tu peux jouer avec des claques et surtout tu peux rajouter des filtres 8bf, ce qui permet de travailler ce type de photo

pierre said...

De portes en portes, les tags se colportent.
Curieux, les murs sont indemmes.

rauf said...

Its a very common disease here in India Nathalie, the tragedy is, even well protected historical monuments are not spared. with effort graffiti can be cleaned up but the miscreants carve their names or carve indecent messages on the walls or the doors. That cannot be undone.

Tamera said...

I hate graffiti. It makes me sad to see this.

Lauriane said...

J'aime beaucoup ces photos... =)
Félicitation!!

Daniel said...

I lived in New York City in the 70s, when graffiti exploded onto the subway and other municipal sites, where it was just as bad as any European city is now. You know what? There is almost none today. Somehow - I suppose with a lot of determination and expense - they have almost solved the problem. They showed that graffiti can be controlled, at least to a level that citizens do not feel assaulted by it. It makes me wonder if European cities are really trying hard enough.

tammyps said...

I just got back yesterday from a visit to your lovely city. I've been several times before and always enjoy it. What a nice change of pace from the open rolling/mountainous countryside of the Cevennes. C'est bien de changer les idees...But what a crashing disappointment to come face to wall with the urban blight of tagging.

It is littering, but it's worse, in a way, because it is so much harder to remove. I find the idea of tagging so in-your-face and repellently so, but even more so, perhaps, when it comes to fine old buildings--the kind to be found all over Avignon. It is self-centeredness carried to an absurd degree, and perhaps lamely justified as self-expression.

What a pity--and what an expense--for the city, owners, the environment and disappointed passersby (whether locals or tourists).

Anonymous said...

Il faudrait penser à connaître l'histoire et la culture du graffiti avant de tous nous descendre. De très bon livres existent, il reste aussi wilkipedia. Après ejne vous cahepas que l'esprit graffiti, faut le vivre pour savoir.

GoddoG said...

Et si on disait juste que le tag symbolise le "Cri des Briques" et n'est pas qu'une simple urine de chien perdu sur l'asphalte !!!

nathalie in avignon said...

Goddog - Le cri des briques ? C'est un joli terme... mais qui sont ces gens qui se prétendent détenteurs de la parole des briques ? Qu'ils assument leur propre parole, leur relation au monde. Il me semble que ce serait plus sain.

nathalie in avignon said...

Anonyme - je ne doute pas que j'aurais grand plaisir à m'éclater à l'aide d'une bombe de peinture sur une grande surface ! Mais je trouve très gênant que les auteurs de ces tags n'aient à coeur que l'expression de leur personnalité et aucun souci pour le propriétaire du mur ou de la porte ancienne qui se trouve ainsi peinturlurée.


On ne peut même pas dire qu'il y ait dans ce geste une révolte prolétarienne contre les nantis propriétaires. Aucun message politique.

Juste une culture du "moi je" :
"J'ai envie? je fais."
Le moins qu'on puisse dire c'est que je ne me reconnais pas dans cette approche du monde.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails