Friday, 18 September 2009

Update: Ali is back

Verger Urbain V
Do you remember my Nazca Lines post of March 7th? Well it's history now; the drawings disappeared over the theater festival period in July: large crowds walked through the garden, some outdoor performances took place there and the gravel returned to a regular even surface. But a few weeks ago news lines appeared. The artist is back! His name is Ali and my fellow blogger Michel Benoit met him. He took some wonderful photos of the artist at work, you must go and see them.
Of my own photos here, the top one shows the fantastic location of this public garden at the back of the Popes Palace while the bottom shot gives a better idea of the new design, quite different from the previous one. I just can't get over the idea that someone can come and rake the gravel in a public garden for no other purpose than to create designs that will please his eye and that of passers-by. Isn't it amazing?

Vous rappelez-vous mon billet intitulé Nazca lines du 7 mars dernier ? Eh bien c'est fini, les dessins ont disparu : pendant le festival d'Avignon la foule a piétiné les lieux, des spectacles en plein air y ont été donnés et les lignes dans le gravier se sont effacées. Mais il y a quelques semaines, de nouveaux dessins sont apparus. L'artiste est de retour. Il s'appelle Ali et mon confrère blogueur Michel Benoit l'a rencontré. Il faut aller aller voir ses merveilleuses photos de l'artiste au travail dans la nuit .
De mes propres photos ici, celle du haut montre la situation exceptionnelle du verger Urbain V au dos du palais des papes, celle du bas montre mieux les nouveaux dessins, très différents des précédents. Je suis toujours aussi épatée par l'idée que quelqu'un puisse de sa propre initiative venir ratisser le gravier d'un jardin public pour son plaisir et celui des passants. A partager...

27 comments:

Thérèse said...

C'est toujours aussi beau.
Ali suit les rites Navajos aux fins de guérisons, peut-être même sans le savoir.

mirae said...

c'est une très belle présentation.Vous avez bien cultivé l'art de Ali à travers votre art.
Une des choses qui me fascine de l'humanité c'est qu'elle communique d'un degrés très haut et complexe.C'est naturel de communiquer et l'art c'est une communication spirituelle.

Lady P said...

it touches me, this temporary art, this effort, this beauty - i went to the other blog, followed the link, saw the artist, and his gaze of satisfaction

it maybe an artistic meditation
whatever it means to the raker of the sands, his designs are old, epic, visceral

Nathalie said...

Lady P - I'm glad you followed the links. I like your idea of artistic meditation.

Babzy said...

Merci pour le lien c'est sympa de découvrir l'artiste au travail , une vraie bulle de poésie , merci Ali !

AnneduSud said...

Je passe rarement par le verger pour aller à Utopia mais j'y étais le 31 août et avais découvert le travail d'Ali, si tu le recroises transmets lui tous mes remerciements. C'est de toute beauté. Cela me fait penser à ces chinois qui écrivent des idéogrammes sur les trottoirs avec de grands pinceaux trempés dans un seau d'eau, un art très éphémère aussi.

Avignon said...

J'y suis passé hier, la pluie avait raviné le travail mais respecté le motif.

Il faudra faire des tirages papier pour lui donner. La première (belle) devrait lui plaire avec le palais derrière.

Et gramaci pour les liens !

C'est pas l'heure du café ?

Olivier said...

belle création, j'aime bien. J'ai vu les photos de son travail de nuit, superbe

claude said...

C'est beau ce qu' Ali fait.

Books, said...

Bonjour! Nathalie,

I agree with you, I think that his (Ali) work of art is...magnifique.

Ali's art almost reminds me of Native American sand paintings.

Merci, for sharing your photograph(s)and the links too!

DeeDee ;-D

Rob Inukshuk said...

What fun!
Makes an otherwise boring bit of dirt into a point of interest. I like it.

yvelinoise said...

Un oeil à terre, comme une île au milleu des vagues,
un oeil qui reste grand ouvert la nuit
pour contempler le ciel étoilé.
L'oeil d'un esprit délivré de ses chaînes terrestres,
voguant librement parmi les corps célestes.
L'oeil d'Ali le poète,
jardinier d'un verger où les gravillons
deviennent les fruits de sa méditation.

Peter said...

Nice, but it must be frustrating to know that it will only last for a while! Fortunately the photos are there!

delphinium said...

ahhhhhh si j'avais un râteauuuuuu.

Valy said...

C'est vraiment très beau, poétique et calme.Et cela fait du bien.

jeff said...

Cet Ali est un poète ! J'ai fais un saut chez M'sieur Benoit et j'ai vu ce personnage qui est un artiste de l'ombre !
C'est, pour moi, de l'Art à part entière car il en fait sa démarche...! Peut-être vient-il voir dans la journée comment se comporte son "oeuvre" ?
J'aime beaucoup ce genre de personnage et son travail que les japonais ont à lui envier !

Bises Nath !
Bonne soirée...

Virginia said...

Amazing is right. I agree that it does remind me of Native American sand painting as well. Of course, theirs is not purely for art, it is incorporated in the ceremonies for healing etc. Once the ceremony is over, the sand is swept away. Thank you for showing us Ali's work! Bon weekendNathalie!
V

Maria said...

Bon weekend, Nathalie, it was a pleasure to visit your blog again and to see so many beautiful pictures from wonderful Provence!
Have a great weekend!

Owen said...

That really is incredible, what amazing patience he must have to spend hours working so carefully...

Merci Nathalie et bon dimanche !

Marie-Noyale said...

Ali est peut etre comme les Indiens,
il utilise le rateau comme traitement therapeutique...

Nathalie said...

Je suis passée au verger Urbain V vendredi soir et Ali y était, il retravaillait ses dessins pour effacer les marques de pas. Il avait plu, des flaques s'accumulaient par endroits. On a parlé un petit moment et puis je suis partie au cinéma.
Quand je suis repassée tard le soir, une fête (impromptue ?)se déroulait dans le jardin : un groupe d'une trentaine de jeunes avait apporté des caisses et des caisses de boissons et discutaient tout en buvant, piétinant les dessins dans le gravier sans même s'en apercevoir. Pas intéressés.
Je suis repartie écoeurée.

Doit-on se dire que c'est scandaleux de ne pas respecter l'art et le travail de l'autre, ou que le jardin est à tout le monde et que chacun est libre de s'y adonner à l'activité de son choix ? Je suis restée à la deuxième réponse, et je ne leur ai rien dit.

bambi said...

Its streaming sand lines are just like Japanese stone garden.
Powerful, and simple.
(Stone gardens are rather quiet and simple)

Avignon said...

Il faut lui expédier les tirages !

Nathalie said...

Tiens, Avignon n'a plus le look capitaine Haddock? Oui oui d'accord, je lui enverrai !

Loulou said...

Que c'est beau tout simplement ! Et quelle patience il aura fallu.... J'aime l'idée d'éphémère, de l'énergie puisée dans les individus, cette force créatrice... même si l'issue est amenée à disparaître comme ici

Bonne journée
Loulou

Ceciel said...

Merci de nous avoir fait découvrir et partager cette beauté.

Avignon said...

Réflexion entendue en passant :

« Putain, ils ont que çà à faire les jardiniers ici ! »

Comment heard in passing :

« Damn, they have nothing else to do the gardeners here ! »

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails