Tuesday, 25 January 2011

In the moon

La charité, Carpentras
Lecture à Carpentras le 14 janvier dernier. Le sourire mi figue-mi raisin du lecteur, vous en comprendrez la raison en lisant vous-même le passage savoureux qu'il venait de nous lire :

"Lorsque les affaires allaient bien (…) ma mère engageait une femme de ménage, chargée d’exécuter dans l’appartement divers travaux de propreté – ma mère a toujours eu horreur de laver le plancher (…).
Mariette était une fille au bas-ventre bien ancré dans un bassin généreux, aux grands yeux malins, aux jambes fermes et solides, et dotée d’un derrière sensationnel que je voyais constamment en classe au lieu et à la place de la figure de mon professeur de mathématiques. Cette vision fascinante était la très simple raison pour laquelle je fixais la physionomie de mon maître avec une si complète concentration. La bouche ouverte, je ne la quittais pas des yeux de toute la durée de son cours, n’écoutant bien entendu pas un mot de ce qu’il disait (…). Lorsque le professeur , flatté par mon attention fascinée, me posait parfois une question, je m’ébrouais, je roulais des yeux ahuris, j’adressais au postérieur de Mariette un regard de doux reproche, et seule la voix vexée de M. Valu me forçait enfin à revenir sur terre.
- Je ne comprends pas ! s’exclamait le maître. De tous les élèves, vous paraissez le plus attentif et on dirait même parfois que vous êtes littéralement suspendu à mes lèvres. Et pourtant vous êtes dans la lune !

C’était exact. Il m’était cependant impossible d’expliquer à cet excellent homme ce que je voyais au lieu et à la place de sa figure avec une telle perfection."
Romain Gary, La promesse de l’aube.

Carpentras, January 14th, reading of Romain Gary's book "Promise at dawn: a memoir".
There's a fun reason for the sheepish grin you see in the first photo : the reader was going through the last words of a particularly humorous passage where the narrator recounts that as a teenager he was fascinated by his mother's maid's rear end, which he daydreamed about at school, to the point that he kept seeing it in class in lieu of his math teacher's face. He continues:
"This fascinating vision was the very simple reason why I kept fixing my teacher's face with such complete concentration. Mouth gaping, I couldn't take my eyes off him for the whole class, naturally not listening to a word he was saying. When the teacher, flattered by my fascinated attention, sometimes asked me a question, I would snort, roll dazed eyes, send to Mariette's back side a glance of soft criticism, and finally come back on earth to the tone of Mr. Valu's distressed voice:
- I don't understand. Of all students you appear the most attentive, eyes literally riveted on me, yet you seem lost in the moon!
It couldn't have been more true.
But it was quite impossible for me to tell this excellent man what I could see with such perfection in lieu of his face. "

Freely translated from Promise at dawn (La promesse de l'aube) by Romain Gary.

22 comments:

Avignon said...

Je trouve que le lecteur a, sur la première photo, la... tête de l'emploi (si je puis dire...)
J'aime à penser que c'est pour cette raison que tu a fais ce choix !

Le recteur (d'académie) said...

Oui, une tête de prof avec deux belles... joues.

Anonymous said...

Le lecteur et le recteur sont vecteurs dans le secteur...

Nathalie said...

Mais bien sûr Michel, j'ai trouvé que la photo était le parfait contrepoint du texte ! J'ajoute que le lecteur, Frédéric Chiron, m'a autorisé à publier sa photo sous réserve qu'elle soit accompagnée du texte qui explique tout!

Avignon said...

Je viens de comprendre le double sens de : "dans la... lune" !

nathalie said...

hé hé :-)))

nathalie said...

The humor here relates to the double-entendre regarding the moon :
- the term "to be the moon" means daydreaming
- someone's large and round backside can also be referred to as "the moon".

:-)

Who Is Afraid of Alfred Hitchcock? said...

Bonjour! Nathalie...
Ha!ha!
Merci, for sharing a very "funny" post/story with your readers. (Smiles)
DeeDee ;-D

Olivier said...

j'adore l'expression de la 1ere photo, un beau portrait et puis sympa de te donner l'autorisation (c'est malheureusement pas toujours le cas)

jeff said...

Michel d'Avignon me l'a enlevé de la bouche... Ce raconteur, conteur, lecteur, a la tête de ton titre....:) Une bille ronde comme la lune ! ! !
Il m'arrive d'aller écouter des lectures diverses pour les enfants... Ce doit être assez cool d'écouter un autre genre de lecture ! Mais là, tu me souffles ! Tu vois un postérieur s'arroser copieusement le gosier de verres d'eau ? ! ?...:)
Nathalie ! Mince !...:)
C'est marrant d'avoir l'honnêteté de nous en faire part !
Je ne verrais plus mon prochain interlocuteur de la même façon ! ! !...:)

Bises...

Nathalie said...

Lâchez-vous mes amis, ici est un espace où l'on délire volontiers à l'occasion, mais je tiens à exprimer à Frédéric toute mon admiration pour ses qualités de lecteur. En particulier il a un vrai talent pour révéler toute la finesse humoristique d'un texte. Il a été fabuleux dans "Tous les matins du monde" de Pascal Quignard, il a été encore une fois excellent ici.

jeandler said...

Un cours de géométrie non-euclidienne

biebkriebels said...

That is a very funny story and nice photo's. The expression of the first photo says it all. Thank you for explaning it.

Virginia said...

HA!! Love this and your portraits reflect it all. Well done and from the audience too!
V

Kim said...

Thank you for taking us to the reading with you. It is fun to see him, and you have made very nice portraits of the author.
-Kim

claude said...

Il était dans la lune et songeait à être suspendu aux lèvres de Mariette. Et pan !

Thérèse said...

Passage bien savoureux! On en retire de francs sourires et de regarder ton bon portrait ne fait qu'appuyer l'impression puisque je n'y etais pas. Dommage.

Bergson said...

est ce à dire que son prof avait la tête dans le cul ?

Jilly said...

Love the story and the photos. Romain Gary lived in Roquebrune village, which you probably know.

Delphinium said...

Ils sont fous ces romains. Oui, oui je sais, moi je lis Astérix et Obélix.

Abraham Lincoln said...

Fascinating post. I used to be a teacher and never thought about anybody watching me though as crazy as some students were, I suppose they did.

Here is the answer about the mail box and mail... I left it on my blog but not knowing if you go back, I bring it here.

We live in a small city. Each house has a mailbox beside the front door. The mailman puts your mail in your mailbox. He or she is supposed to walk on the sidewalk to get to your mail box by your front door.

If you lived in the country, over here, your mail is delivered at the end of the lane that leaves the main road and goes up to your house. There, a car stops and the mailman puts your mail in your mailbox. You have to go down the road or lane to the mail box to get your mail.

Black Beauty said...

Quelle histoire ! j'imagine la tête du professeur en question s'il était présent à la lecture !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails