Thursday, 27 January 2011

La vie en accordéon

La Charité, Carpentras
Si pour vous l'accordéon évoque seulement André Verchuren, Yvette Horner et les bals popus, c'est que la vie n'a pas encore mis Léa sur votre chemin. L'accordéon de Léa, c'est toute la vie qui s'exprime en musique. Nous avons eu la chance de l'entendre dans le cadre des Bonheurs de Lecture accompagner de ses impros La promesse de l'aube de Romain Gary. Un privilège. Sous ses doigts l'instrument a raconté les péripéties de la vie, tour à tour grave, volage, ambitieux, drôle, sombre ou malicieux, mais toujours riche, fort et généreux. Le livre s'en est trouvé grandi.La magie de la musique, c'est son formidable pouvoir d'évocation sans mots.
L'autre magie c'était le visage de Léa, aussi mobile, riche et vivant que sa musique.
Impossible de ne pas tomber sous le charme.

If you think of the accordion as an instrument just good enough for traditional balls and dances, then you've never crossed paths with Lea. Her use of the instrument is so novel and creative it flows like a concentrate of life itself. I was lucky to hear her perform at the reading of Romain Gary's memoir Promise at Dawn.
Her music, improvised or written improvisations, drew us into a world of emotions and sensations that ranged from grim, sweet or whimsical to tense, ambitious, dramatic or humorous but always rich, warm and generous. Her music truly magnified the book.
The magic of music is its amazing evocative power.
The second magic was Lea's face, as radiant and lively as her music. Completely addictive.

Léa Lachat answers a few questions after the show: "I had no idea I would be required to speak, I only came to play music".

Léa Lachat répond à quelques questions après le spectacle : "ah mais je ne savais pas qu'on me demanderait de parler, je suis juste venue pour faire de la musique !"

29 comments:

brigetoun said...

beaux portraits, mais que j'aime tes photos de mouvements comme la première, et ces éclairs

Chri said...

Emmanuelle est presqu'aussi jolie que Léa!
C'est l'accordéon qui fait les demoiselles jolies?
Vrai, avec ta première image, on voit la musique!

Nathalie said...

Oui Chri, Léa et Emmanuelle sont deux divinités de l'accordéon, elles se connaissent d'ailleurs.

Avignon said...

Dans l'accordéon, la vibration est due à un phénomène dit de relaxation : elle n'est donc pas sinusoïdale.

Leif Hagen said...

I guess it was quite fun to listen to her play an accordion! I especially like the top, blurred photo!

Owen said...

On tombe sous le charme, effectivement... j'imagine ça tombait comme des mouches...

Jack said...

This is a wonderful series of portraits, Nathalie. Each has its own appeal, and each has a different approach and spirit. A charming subject and a good photographer.

Virginia said...

Once again, don't ask me to choose. Your portraits are always so very special Nathalie. Trés belle.
xx
V

Who Is Afraid of Alfred Hitchcock? said...

Bonjour! Nathalie...
I have to agree with you, about her (The musician Lea's face) and I can just imagine the music coming from her accordion too!

Merci, for sharing...five nice photographs...especially, the first photograph...with it..."movement," and "motion."
DeeDee ;-D

Olivier said...

l'accordeon me fait penser a Higelin, les tetes raides et corti. Elle est tres mignonne et tu as réussis a lui donner vie, superbes portraits que l'artiste doit apprécier.

jb said...

You're getting good at this stuff, girl

claude said...

Bien la première photo !
J'aurais bien aimé en entendre un petit morceau de cet accordéon, qui, si j'ai bien compris, n'est pas musette du tout.

Nathalie said...

Non Claude, pas musette du tout, même si Léa ne s'interdit aucune incursion dans aucun domaine. Ses influences seraient plutot tziganes s'il fallait en chercher quelques-unes mais surtout l'instrument devient créatif, original plutôt que simplement mélodique.

lireaujardin said...

Les expressions de cette jeune femme sont effectivement "parlantes", on ressent la passion, on perçoit presque la musique... très belles photos.

Avignon said...

Bon, et "Soft pink silhouette" alors ?

Davine said...

I must say you have been posting some beautiful photos lately. Very enjoyable.

Tanya said...

beautiful portraits!

Bergson said...

j'aime le sourire de Léa

Thérèse said...

Une jolie progression de portrait pour en retenir le sourire!

Un touriste à Avignon said...

Bonjour,

j'aimerais beaucoup savoir quand et où il est possible de l'entendre jouer dans les environs d'Avignon, où je vais séjourner quelques jours dans un hôtel à Avignon Sud je crois. (Je l'ai trouvé par hasard sur Facebook: http://www.facebook.com/pages/Hotel-Calendal/

nathalie said...

Touriste à Avignon - j'ai demandé à Léa de me tenir au courant des prochaines occasions de l'entendre mais pas de dates connues à ce jour. Si j'apprends quelque chose je mettrai l'info dans les commentaires ci-dessous.

Mark said...

I love the first photo, it really captures the spirit of the accordian.

jeandler said...

Je vais faire un effort moi qui ait tant de mal, ce matin, à me déplisser...
la zizique aidant

Pepe Le Pew said...

I love to see people take something "uncool" and show what it can really do.

crederae said...

chère Nathalie, oh I so love this abstraction of this fluid gold in your photograph-the perfect balance between realism and abstraction poised in timeless grace.

have a beautiful week !!
merci!
bises.

crederae said...

ps Nathalie you really and truly are a goddess of light...

Black Beauty said...

J'aime beaucoup l'accordéon, et rien que de voir ces belles photos me donne envie d'écouter jouer un petit air de Léa...

Mario Bruneau said...

Bravo Nathalie, belles photos.

Avignon said...

Dans l'accordéon, la vibration est due à un phénomène dit de relaxation : elle n'est donc pas sinusoïdale.

C'est quoi ça ? Plus d'informations SVP.

claude said...

Bien la première photo !
J'aurais bien aimé en entendre un petit morceau de cet accordéon, qui, si j'ai bien compris, n'est pas musette du tout.

Le musette ? J'adore le musette poétique. Il y a musette à la Horner, Verchu et Aimable mais il y a aussi et heureusement le musette des Privat, Viseur, Azzola, Parisi, Colin, et le miens bien sûr.

Nathalie said...

Non Claude, pas musette du tout, même si Léa ne s'interdit aucune incursion dans aucun domaine. Ses influences seraient plutot tziganes s'il fallait en chercher quelques-unes mais surtout l'instrument devient créatif, original plutôt que simplement mélodique.

Mélodie ? Simplement mélodique ? Là encore, la mélodie est bien belle à mon oreille. Pensez à "La complainte de la Butte", "La Chanson Douce", "À Paris dans chaque Faubourgs" et même le thème du film "Le fabuleux destin d'Amélie Poulin", etc.

Belle discussion ici...

Content d'être venu y faire un tour.

Mario Bruneau
cybermusette.com

Le facteur said...

Dans l'accordéon, deux anches sont montées côte à côte, une de chaque côté de la plaquette, en push-pull. Une membrane (en cuir ou en vinyl) sert de clapet et interdit le passage de l'air à travers l'anche jumelle. Ainsi une seule des deux anches fonctionne à la fois, suivant le sens d'action du soufflet.
La vibration est due à un phénomène dit de relaxation : elle n'est donc pas sinusoïdale et comporte de nombreux harmoniques responsables d'une famille typique de timbres. Les harmoniques sont utilisés pour faciliter l'accord des basses fréquences (< 100 Hz).
La fréquence de vibration est pratiquement indépendante de la puissance du souffle d'air, l'anche vibrante jouant d'ailleurs, à pleine puissance, le rôle de limiteur de débit. Cependant, lorsque des anches de fréquences extrêmement proches (différence inférieure à 1 Hz, tout au plus) sont alimentées en air par un système commun, il arrive que l'anche la moins stable en fréquence s'accorde à la fréquence de l'autre par effet de "couplage" ou "pilotage", masquant leur "désaccord", voire interdisant un vibrato différentiel intentionnel de fréquence inférieure à 1 Hz.
Dans l'accordéon, les anches donnant les sons les plus graves (< 50 Hz environ) ont une longueur de près de 10 centimètres et sont chargées, près de leur extrémité vibrante, par une masse de plomb ou de laiton. Les anches produisant les sons les plus aigus (plus de 6 Khz dans l'aigu du piccolo) ont une longueur inférieure à 6 millimètres.

En raison de la très courte longueur d'onde des sons les plus aigus produits (de l'ordre de quelques cm) on constate souvent des phénomènes d'ondes stationnaires dus aux « obstacles » à leur propagation (cases exiguës du sommier qui supporte les plaques, soupapes...) qui peuvent affaiblir, voire neutraliser totalement, le son produit. Des solutions empiriques de facture permettent d'éliminer ce phénomène.
L'accord se fait en jouant sur les paramètres raideur et masse : on augmente la fréquence en diminuant la masse par enlèvement de matière (limage d'épaisseur) à l'extrémité libre de l'anche (ou de sa charge rapportée). On diminue la fréquence en diminuant l'épaisseur (raideur) de l'anche (enlèvement par grattage : (grattoir) prés de sa partie fixe, flexible (le « ressort »).
Une anche vibrante de grandes dimensions et de fréquence infrasonique, destinée à produire un vibrato en amplitude, a été utilisée dans l'accordéon de concert Cavagnolo : cette anche est placée dans une paroi séparatrice (équivalente à une "plaque") disposée entre le soufflet et la « caisse du chant ». Ce système générateur de vibrato semble être resté sans suite en raison, sans doute, de sa fréquence invariable, de son effet trop systématique (un accord, grave ou aigu, vibre « en bloc ») et de sa limitation du débit d'air (contradictoire avec l'expressivité naturelle de l'instrument), en dépit de la présence d'un moyen de neutralisation : une très large soupape.

(in Wikipedia)

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails