Monday, 27 October 2014

Desire by Frédéric Mitterrand

Rue Frédéric Mistral, Avignon

Juste en face de l'école primaire de la rue Frédéric Mistral, un autocollant signé Hugo a été collé sur une gouttière. On y lit, au dessus d'un portrait de Frédéric Mitterand, le texte suivant : "La profusion de jeunes garçons très attrayants et immédiatement disponibles me met dans un état de désir que je n'ai plus besoin de réfréner ou d'occulter. L'argent et le sexe, je suis au coeur de mon système."  Frédéric Mitterrand, extrait de son livre "La mauvaise vie". Que penser de ce message ?

A sticker signed Hugo was placed on a drainpipe just across from the primary school located rue Frédéric Mistral in downtown Avignon. Above a portrait of  Frederic Mitterand you can read the following : "The profusion of very attractive and immediately available young men puts me in a state of desire that I no longer have to repress or conceal. Money and sex, I'm at the heart of my system." Frederic Mitterrand, excerpt from his book "The bad life".  
Honestly I'm not sure what the intention was.
Frederic Mitterrand, nephew of former French President François Mitterrand, is a writer, TV producer and film director who was also Culture and Communication Minister from 2009 to 2012. Openly gay, he wrote "La mauvaise vie" in 2005, an autobiographic novel about his sex life in Patpong, Bangkok's hottest suburb. I personally find the quotation quite disturbing but F. Mitterand neither lives or works in Avignon. In what way can he be a threat to the young children who live around here? And if the sticker has nothing to do with the school across the street, why is it there?



17 comments:

Nathalie Beaumes said...

Mitterrand's book in 2005 created a wave of negative feelings - many people accused him of practising sexual tourism in Thailand. It didn't stop his nomination as Minister of Culture in 2009 under Nicolas Sarkozy.
I'm not sure why the story in unearthed again now. He is no longer in the government and doesn't live in Avignon.

Kate said...

Someone has motivation of some kind that escapes me. If his tourism for sex in Thailand was is accurate and the reason for his trip, it fills me with revulsion since that practice overpowers the powerless.

jeandler said...

Et qu'en penserait l'auteur Mitterand de cette utilisation ?

Tom said...

Smiley sort of guy! Tom The Backroads Traveller

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ said...

Au moins, ça prévient les gosses et les parents !

Thérèse said...

Que dire! Chacun n'en pense pas moins.

Tilia said...

Le détournement du sens de la phrase initiale, en y rajoutant "jeunes" et "très" pour faire croire à autre chose que ce dont il est réellement question dans le roman, est une indication quant à la provenance de cette affichette, explication ici.

William Kendall said...

The motive might be an enigmatic one.

Bob Crowe said...

Some art, particularly modern, is so personal and ambiguous that the viewer can only reach the surface. It may be individual expression but if it doesn't communicate anything, is it art?

Nathalie Beaumes said...

Tilia nous a mis un lien vers Wikipedia:

"Lors de son passage au journal de 20 heures de TF1, le 8 octobre 2009, Frédéric Mitterrand dément avoir fait l'apologie du tourisme sexuel et précise n'avoir jamais eu de rapport qu'avec des personnes ayant atteint leur majorité : « Oui, j'ai eu des relations avec les garçons mais il ne faut pas confondre l'homosexualité et la pédophilie. Et si vous lisez le livre bien clairement, je pense que c'est tout à fait évident. » Il dit également : « Je condamne la pédophilie, à laquelle je n'ai jamais participé. »

L'auteur de l'affichette serait donc proche du Front National ? Ou peut-être proche de la Manif pour Tous ?
Dans ce cas l'objectif serait d'associer gauche et débauche...

Nathalie Beaumes said...

Je comprends que F. Mitterand ait eu à coeur de séparer pédophilie et homosexualité, cependant il ne nie nullement sa participation au tourisme sexuel ni son statut d'habitué du sexe tarifé ( voir les extraits de son livre publiés par Le Monde et intitulés "les passages qui dérangent" :
http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/10/08/extrait-de-la-mauvaise-vie-de-frederic-mitterrand_1251310_823448.html

Nathalie Beaumes said...

Kate unfortunately he admitted clearly his addiction to paid sex and the fact that sex was the reason for his trip to Thailand. It fills you with revulsion? Same for me, and for the same reason.

claude said...

Purée ! Quant on pense qu'il a été Ministre la Culture !

jeandler said...

L'homosexualité n'est-elle pas un fait culturel ?

claude said...

Tout est culture maintenant, ça va du plus beau au plus moche.
Merci de ta visite Nathalie.

cassandrae said...

bonjour chère Nathalie. je suis d'accord en affichant cette affiche quelqun fait la campagne contre lui, surtout si c'est a travers de la rue d'une ecole primaire.

si surprenant qu'il était ministre de la culture on aurait pensé que un ministre de la culture devrait representer les valeur plus haut de la majorité parceque les valeurs sont une partie de la culture.

en tout cas quand il dit l'argent et le sexe je suis au coeur de mon système je crois il montre l'aliénation contre lui meme parcequ'il identifie ces désirs et émotions comme si ils sont une partie d'un système et ce mot refere pas generalement au sujet du coeur.

merci Nathalie pour le beau reportage.
ah les débats a avignon-in-photos sont toujours fantastiques!!

je t'embrasse.

Nathalie Beaumes said...

Jeandler - en fait la question n'est pas celle de l'homosexualité mais celle de la prostitution. Remplacez la phrase par "la profusion de jeunes filles très attrayantes..." et elle reste toute aussi choquante. Si on lit (comme je l'ai fait pour la première fois avant-hier) les extraits de son livre publiés par Le Monde on découvre un récit qui montre l'excitation du client qui s'imagine que ses émotions sont partagées par le jeune homme prostitué - la larme que celui-ci verse à la fin montre qu'en réalité il n'en est rien.

Pour moi les clients des prostitué(e)s sont des gens qui ne s'intéressent nullement aux sentiments des gens qu'ils payent mais qui essayent de valider leur comportement parfaitement égoïste et donc abject en se donnant l'illusion que le ou la prostitué(e) prend du plaisir, voire l'aime. C'est particulièrement clair -et donc tragique- dans ce passage.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails